Un exemple de dossier pédagogique de spectacle tel qu'il est présenté aux établissements scolaires auxquels il est présenté.

 

Le personnage et son interprète : une rencontre


Isabelle Deries, pourquoi jouer Juliette ?

  J'ai été séduite par l'idée inattendue et originale de l'auteur. Il a imaginé que le poison n'allait pas fonctionner et que Juliette allait accomplir son destin de femme à tous les âges de la vie. Cette intention m'a d'autant plus intéressé et touché que le personnage qu'il a écrit vit à notre époque et nous offre un regard de femme d'aujourd'hui qui pourrait être le mien et celui de toutes les femmes du XXIè siècle. Il part du mythe qui nous fait rêver, pour nous rapprocher de la réalité bien contemporaine que nous connaissons et qui nous interpelle.

 
J'aime le style d'écriture, le rythme et le ton de la pièce où se mêlent légèreté, humour, gravité, émotions qui suscitent, suggèrent, inspirent des sentiments, des sensations, des impressions et ouvrent la voie à l'imagination créatrice de l'interprète, de son metteur en scène, de son scénographe. Je vois entre les mots, entre les lignes des messages à envoyer et à recevoir, des émotions, des idées à partager. J'ai envie en tant que comédienne de me mettre dans la situation de Juliette, lui prêter ma sensibilité, mon cœur, pour la faire vivre pour un public.
 

 

 

En construisant le personnage,qu'avez-vous découvert et aimé?

 

C'est naturellement Juliette, que l'on va voir grandir, mûrir et vieillir. Tout ce qui me touche beaucoup et m'interpelle dans ce personnage et me donne envie de l'interpréter :

 
La fraîcheur, la soif de vivre de la petite fille Juliette telle qu'elle apparaît dans la première partie. Sa volonté pour choisir elle-même sa voie en suivant son cœur, ses goûts, ses envies, ses ambitions et en cherchant sa propre identité et ce qu'elle a envie de devenir.
La passion qui anime la jeune femme Juliette dans la deuxième partie, passion pour son Roméo et ensuite pour le métier qu'elle s'est choisie, celui de comédienne. Ses difficultés et ses déchirements, son courage, sa force pour faire ses choix, orienter sa vie affective et sa vie professionnelle et aller jusqu'au bout de ce qu'elle a décidé avec cette volonté et cette détermination que l'on sentait déjà chez la petite fille dans la première partie.
La force de vie et de caractère de la femme Juliette de la troisième partie, mûrie par ce qu'elle a vécu mais pas encore vieille. Sa capacité à rebondir, à continuer à avancer, à se reconstruire un avenir avec le recul qu'elle a déjà sur son existence, ses regrets, ses blessures, ses choix, ses espoirs. Son regard sur la vie, sur sa vie et sur elle-même qui devient plus affiné, plus réaliste et aussi par moments plus douloureux. Il y a quelque chose de vrai et de touchant dans ce qu'elle ressent, ce qu'elle pense, ce qu'elle dit.
La femme âgée, chargée, enrichie, marquée par tout ce qu'elle a vécu dans la dernière partie. Nous pourrions tous un jour comme elle être confronté à notre passé qui tient de plus en plus de place, la plus grande partie de notre existence étant dernière nous ; et notre présent souvent fait de solitude et de nostalgie ; avec devant nous un tout petit avenir à espérer étant donné notre âge. L'honnêteté, la lucidité qu'elle a pour considérer sa vie, en faire le bilan, trier, garder et retenir ce qui lui paraît être essentiel. Ce qui pour elle est le plus important, ce qui a le plus de valeur. Sa démarche philosophique a quelque chose de très humain. Les mots qu'elle dit, ses réflexions, sont sortis de l'imagination d'un auteur mais peuvent toucher, interpeller le public qui les entendra.

 

 

Comment imaginez-vous Juliette ?

 

C'est une femme résolument moderne, libre, indépendante et maître de sa vie. C'est une battante qui va jusqu'au bout de sa passion pour le théâtre, le cinéma. C'est un être profond. À 75 ans, elle aime encore Roméo. La flamme qui l'animait à 20 ans n'a pas perdu de son intensité. C'est aussi une aventurière qui n'hésite pas à voyager et prendre des risques pour retrouver l'homme qu'elle aime. Elle est séduisante, attirante. Elle s'habille d'une façon soignée avec une coquetterie qui fait ressortir sa féminité. Même dans un âge avancé, elle garde de la classe. Pour la présenter, je compose un maquillage qui met en valeur les traits de mon visage et qui ne sera que légèrement retouché entre chaque partie. C'est la lumière, douce, forte, vive ou tamisée, qui donnera aux traits et à l'expression du visage la marque du temps. Je m'habille de façon à donner une ligne harmonieuse et agréable aux formes naturelles de mon corps. Je cherche à donner de la souplesse à mes mouvements, à mes gestes, pour donner de la grâce à l'ensemble et toute sa dimension à la personnalité de Juliette.


 

  Mise en scène et direction d’acteur

 

Composition du personnage :

L’intention, c’est de montrer sans être démonstratif. L’évolution de la tenue vestimentaire d’une partie à une autre est visible sans être appuyée. Ce sont des changements d’attributs perceptibles visuellement qui à chaque retour du personnage sur le plateau au début de chaque partie témoignent de son évolution. Mais les signes de changements intérieurs et extérieurs, de petite fille à jeune femme, de jeune femme à femme mûre, et de femme mûre à femme âgée seront essentiellement rendus visibles et authentifiés par l’interprète elle-même dans sa manière d’être, de se tenir, de se déplacer, de s’exprimer. Les transformations physiques, marques du temps qui passe, seront alors apparentes pour le public qui les ressentira.

 

 

 
 

Mise en espace et scénographie

 

Le personnage de Juliette évolue dans un décor épuré. L’ensemble est fait d’éléments qui apparaissent ou disparaissent d’une partie à l’autre, suggèrent des changements de cadre et offrent des points de repère sobres et efficaces pour le jeu, tout en ménageant des surprises pour le spectateur. La lumière avec ses variantes de ton, de couleur, d’intensité créé le jeu de contrastes, de nuances qui identifient l’atmosphère de chaque partie.


Il y a aussi une marionnette, la petite fée Mab, qui accompagne Juliette tout au long de son parcours existentiel. Elle est représentée d’une façon suggestive comme étant l’ange gardien de Juliette, ou sa confidente, ou son directeur de conscience né de son imaginaire.
 
 
Proposition d’intervention

 

Autour d’une représentation du Destin de Juliette, nous proposons d’accompagner la classe avant ou après pour permettre une complicité avec notre travail artistique. Cet accompagnement s’articulerait sur 3 axes différents :
 

o            Axe culturel :

Nous ferons un parallèle entre l’œuvre de Shakespeare Roméo et Juliette et la pièce de Philippe Braz. Nous établirons une comparaison entre l’époque où se situe la pièce de Shakespeare et celle de Philippe Braz, nous ferons le lien entre la Juliette de Roméo et Juliette  et celle du destin de Juliette : ce qui les rapproche, ce qui les sépare et les éloigne l’une de l’autre.

Ce champ d’intervention sera assuré par Marthe Moussu, metteur en scène, et Isabelle Deries, l’interprète.
 

o            Axe pratique :

Nous proposons de travailler sous la direction de Marthe Moussu quelques passages de la pièce de Philippe Braz. Il sera proposé également aux élèves d’imaginer un autre parcours à Juliette sous forme d’improvisations. Ce travail pourrait se faire par groupe de 3, 4 ou 5 élèves. À la fin de l’atelier, chaque groupe présenterait aux autres sous la forme d’une scène de 10 minutes sa réalisation.

 

o            Axe évaluatif :

La compagnie vient donner une représentation de la pièce « Le Destin de Juliette ». À l’issue de la représentation, un débat pourra avoir lieu avec le metteur en scène et la comédienne interprète.

Les élèves pourront visionner parallèlement avec leur professeur la cassette vidéo du film Roméo et Juliette de Franco Zeffirelli. Ils pourront présenter oralement devant le metteur en scène et l’interprète une critique du spectacle qu’ils auront écrit auparavant qui devra s’appuyer sur leur sensibilité et sur leurs acquis scolaires et culturels permettant de dégager un point de vue argumenté et éventuellement ne vision plus personnelle de la pièce.(séance.d’1h) 

 
Parallèlement à ce dossier, deux livrets pédagogiques ont été réalisés avec pour objectif de valoriser dans la durée le travail de création entrepris au cours des deux années précédentes, et de lui donner une finalité qui va bien au-delà de la simple représentation devant un public, en élargissant les domaines d'intervention et de compétences au monde scolaire.
 
Il s'agit de :


Wolfgang au fil des jours (production 2006)
Lettres de Westerbork (production 2007)

Le premier est destiné plus particulièrement aux professeurs de musique et aux professeurs de lettres. Le second s'adresse aux professeurs d'histoire et de lettres.
Ils seront diffusés dès la rentrée scolaire prochaine afin de susciter de nouvelles rencontres avec ce public bien particulier.

Retour à l'accueil